Éperdument

Jean (Guillaume Gallienne) a une vie tout ce qui a de plus correcte. Avec une famille et un travail respectable (celui du directeur de la maison d’arrêt pour femmes de Versailles). Seulement, du jour où il va s’occuper du dossier d’Anna (Adèle Exarchopoulos), incarcérée sous sa garde, tout va changer. Ces deux personnes vont tomber éperdument amoureuses, et vont vivre une histoire d’amour intense mais aussi impossible.

170274.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Lorsqu’on tombe éperdument amoureux, c’est avoir l’esprit brouillé, c’est être à ce point obnubilé qu’on perd la raison, au risque de se perdre complètement. C’est ce sentiment que le jeune réalisateur et scénariste Pierre Godeau a voulu traiter. Pour évoquer ce trouble amoureux, il s’est inspiré du fait divers et du roman « Défense d’aimer » écrit par le directeur de prison Florent Gonçalves. Celui-ci a vécu une relation interdite avec l’une de ses détenues, surtout connue pour son rôle d’appât pour la terrible affaire Ilan Halimi, assassiné il y a onze ans par le « Gang des barbares ».

Il y a des histoires d’amours qui vous écrasent, qui vous détruisent, qui vous cassent en deux et dont on ne se remet jamais tout à fait. Je ne peux pas dire que le sujet du film soit révolutionnaire mais c’est bouleversant à beaucoup de points de vue. Godeau filme en 1h50 la descente aux enfers d’un homme, enfermé dans son quotidien, consumé par ses propres sentiments, d’un homme qui va aller au bout de sa passion alors que la sociétél’administration sont contre cette relation. Il va tout perdre : son emploi, son couple et son histoire d’amour.

171056.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Le réalisateur filme Adèle Exarchopoulos au plus près du visage, du corps, sa sensualité, et je dois avouer qu’elle a un rapport avec la caméra qui est juste dingue. Elle joue une jeune femme instinctive, séductrice, en perte de repères, qui a sans doute fait de mauvais choix, mais semble les assumer. J’avoue que j’ai été très surpris par Guillaume Gallienne dont j’avais quelques doutes mais il est excellent dans ce film. Il m’a transmis ses émotions et j’ai été littéralement plongé dans son supplice et son duo avec Exarchopoulos fonctionne à merveille. L’amour impossible se ressent vraiment !

Le réalisateur filme la vie en prison avec un regard bienveillant. Il permet de pénétrer dans l’univers carcéral des femmes de façon très réaliste : la tension, la notion de territoire, la violence verbale et physique entre détenues, la solitude, l’animalité qui rejaillit quand disparaît l’humanité. Les sons d’écrous, les pas, les cris le jour et la nuit, le temps qui n’existe pas, on y est ! L’équipe du film a passé six semaines à la prison de la Santé dans laquelle, comme l’expliquait Guillaume Gallienne. 

Cependant, la fin du film m’a un peu laissé sur ma faim, même si les dernières images sont très belles, on devine comment le destin de Pierre va se sceller sans en avoir l’absolue certitude.

Pour conclure, « Éperdument » est un bon film, servi par un beau duo d’acteurs.

Et vous, qu’avez-vous pensé ?

7,5/10

Bande-annonce :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s