There Will Be Blood

Lorsque Daniel Plainview (Daniel Day-Lewis) entend parler d’une petite ville de Californie où l’on dit qu’un océan de pétrole coulerait littéralement du sol, il décide d’aller tenter sa chance et part avec son fils H.W. à Little Boston. Dans cet endroit perdu où chacun lutte pour survivre et où l’unique distraction est l’église animée par le charismatique prêtre Eli Sunday (Paul Dano), Plainview et son fils voient le sort leur sourire. Même si le pétrole comble leurs attentes et fait leur fortune, plus rien ne sera comme avant : les tensions s’intensifient, les conflits éclatent et les valeurs humaines comme l’amour, l’espoir, le sens de la communauté, les croyances, l’ambition et même les liens entre père et fils sont mis en péril par la corruption, la trahison… Et le pétrole.

18867809.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Après avoir réalisé des grands films comme « Magnolia », le réalisateur Paul Thomas Anderson signe avec ce film une oeuvre magistrale qui a été récompensée au Festival de Berlin par le prix du meilleur réalisateur et l’Oscar du meilleur acteur pour l’immense Daniel Day-Lewis. « There will be blood » est une fresque qui s’intéresse au destin d’un homme et à sa personnalité, nullement aimable, de la découverte de son premier puits de pétrole au début du XXème siècle jusqu’à la crise de 1929. C’est un personnage qui est obsédé par le pétrole. Dès les premières minutes du film, on le voit avec le visage barbouillé de pétrole. Il pense à son fils, mais seulement après le pétrole. Je trouve que la grande force de ce film est que le réalisateur dresse un portrait d’un homme, impitoyable et prêt à tout pour réussir.

Dans ce film, on plonge dans un monde corrompu ou se mêlent plusieurs thèmes à l’instar de l’argent, la foi, la famille et bien sur le pétrole puisque c’est autour de ce liquide que se focalise l’histoire. Comme le dit Daniel Day-Lewis à un moment: « Plus j’observe l’être humain et moins j’ai envie de l’aimer ». C’est exactement ce que ressent le spectateur au fur et à mesure que l’intrigue avance et que les abus de pouvoir, les mensonges et les réactions des protagonistes surviennent. La mise en scène est vraiment sublime et la réalisation est classique mais absolument magnifique ! Je trouve que le film renoue avec les vieilles épopées américaines que l’on pouvait voir dans les années 60-70.

18867821.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Daniel Plainview est interprété par un magistral Daniel-Day Lewis, lequel a obtenu l’oscar du meilleur acteur pour sa performance d’acteur qui est tout bonnement époustouflante. Daniel Day-Lewis est Daniel Plainview. Paul Dano est excellent et troublant dans le rôle du prêtre. Ce que j’adore dans ce film également, c’est la critique de la société et de la religion (tout en mettant en scène la relation de ces deux domaines). Une société avide d’argent et de pouvoir, et une religion qui voit d’un mauvais œil cette société alors qu’elle manipule les gens.

Les scènes de dialogues et de face-à-face sont à la hauteur des majestueux plans du mythique far-west. La bande originale qui accompagne le film est renversante de beauté et la musique intervient toujours là où il faut.

Pour conclure, « There Will Be Blood » est un film désenchanté sur la condition humaine qui dresse le portrait d’un incroyable self-made-man qui s’avère être également un personnage aussi sombre sur le plan relationnel que le pétrole qu’il chérit tant. C’est également fascinant et renversant sur la beauté qui paralyse par son pessimisme sur la nature humaine.

Et vous, qu’avez-vous pensé ?

10/10

Bande-annonce :

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s