Arrêtez-moi

Un soir, une femme (Sophie Marceau) se rend dans un commissariat pour confesser le meurtre de son mari violent, commis il y a plusieurs années. Seulement plus la policière (Miou-Miou) de permanence interroge cette femme, plus elle connait sa vie, moins elle a envie de l’arrêter. Pourquoi cette femme que personne ne soupçonnait veut-elle absolument être reconnue coupable ? Pourquoi cette policière ne veut-elle pas absolument pas l’arrêter ? L’une des deux gagnera. Mais que veut dire gagner dans ce genre de circonstances ?

20458311.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

« Arrêtez-moi » est la libre adaptation du roman « Les lois de la gravité » de Jean Taulé, publié en 2003. Le réalisateur Jean-Paul Lilienfeld revient après 4 ans de son choc « La journée de la jupe » explore à travers son cinéma réaliste les facettes de la maltraitance intra-conjugale et de ses conséquences dramatiques, tant physiques que psychologiques, sur les femmes battues.

Le film est presque un huit clos, une femme supplie une autre de l’arrêter pour le meurtre de son mari, survenu 10 ans plus tôt. C’est bluffant, fascinant, parfois révoltant, souvent dérangeant, effarant et prenant. Lorsque j’ai vu ce long-métrage, j’ai aimé ces deux femmes blessées et leur face à face est d’une force inestimable. Décors simples, lumières sombres, et les minutes passent presque en temps réel. Les arguments de l’une, contre ceux de l’autre. Un véritable combat psychologique qui finit dans une violence insoupçonnable en début de film. Deux personnages admirables dans leurs convictions et leurs motivations… Le film suscite beaucoup de questions : « La vie peut-elle être une prison dont seule la prison délivrera ? » et « Pour être une victime, être reconnue coupable est-il la solution de faire reconnaître son statut de victime ? ».

20458315.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Sophie Marceau nous prouve que c’est une excellente actrice. Loin de ses rôles naturelles dans des comédies, elle est ici défigurée par des cicatrices, par l’usure de la vie, par son combat, par les coups reçus par le passé. Le regard hagard, femme perdue, souffrante mais déterminée, l’actrice est magistrale. Miou Miou est également très convaincante en policière atterrée par les propos de Marceau. Je trouve que la réalisation est plutôt bonne, puisque le film est parsemé de flash backs, lorsque le personnage de Sophie Marceau évoque la violence conjugale psychologique ou physique subis pendant des années… Une réalisation très différente puisque on ne voit pas l’actrice. Les insultes, les menaces, les coups sont adressés directement à la caméra et nous met directement à la place de cette femme battue. J’ai eu la gorge nouée pendant 1h27.

Cependant, je reproche au film un manque d’émotions et de tension. En effet, le concept de filmer  la violence faite à la femme à la première personne était pourtant là encore assez intéressante mais au final très vite mal exploité pour vite devenir ridicule et retomber dans un chemin plus classique concernant les flashbacks. Ca donne aux scènes filmées à la première personne plus un effet de style qu’autre chose et on perd tout effet percutant.

Pour conclure, « Arrêtez-moi » est un film assez saisissant mais qui manque quelques trucs pour en faire un très grand film…

Et vous, qu’avez-vous pensé ?

7/10

Bande-annonce :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s