Paris

C’est l’histoire d’un Parisien (Romain Duris) qui est malade et qui se demande s’il va mourir. Son état lui donne un regard neuf et différent sur tous les gens qu’il croise. Le fait d’envisager la mort met soudainement en valeur la vie, la vie des autres et celle de la ville toute entière. Des maraîchers (Albert Dupontel et Gilles Lellouche), une boulangère (Karin Viard), une assistante sociale (Juliette Binoche), un danseur, un architecte (François Cluzet), un SDF, un prof de fac (Fabrice Luchini), une mannequin, un clandestin camerounais… Tous ces gens, que tout oppose, se retrouvent réunis dans cette ville et dans ce film. Vous pouvez penser qu’ils ne sont pas exceptionnels mais, pour chacun d’entre eux, leur vie est unique. Vous pouvez croire que leurs problèmes sont insignifiants, mais, pour eux, ce sont les plus importants du monde.

18887265.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Plus mature, plus sérieux et plus ambitieux que ses précédentes réalisations, « Paris » ravira les amateurs de l’univers théâtral de Cédric Klapisch. Les autres se contenteront d’assister à un divertissement sensible, servi par un casting élégant et étincelant, dans un Paris caricatural. Je fais partie de la première catégorie puisque je suis très client du cinéma de Klapisch.

C’est un film bien équilibré et construit qui m’a beaucoup plu et qui sort des clichés de « L’Auberge espagnole ». Émotions, humour et réflexions sont au rendez-vous. Un cinéma chaleureux et généreux en partage avec les autres, une pléiade de bons acteurs connus ou moins connus. Je constate que Paris est une ville visitée mille fois par ans au cinéma. Ces rues sont familières même lorsqu’on ne les a jamais empruntées.

18887284.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Les acteurs sont tous excellents. Romain Duris fait preuve d’une incroyable justesse en incarnant un homme malade. Il contemple l’existence de ses pairs et de son point de vue sur Paris, établit le lien entre chacune de ces histoires personnelles. Juliette Binoche, Karin Viard, Fabrice Luchini, Mélanie Laurent sont également remarquables. C’est un film mosaïque, un chassé croisé de destins qui parfois s’ignorent et se croisent sans soupçonner qu’un rien les sépare alors que tout un monde semble parfois les tenir à distance. Dans ce film, Paris ne remplit pas l’office de simple décor ou de fond de scène. Klapisch fait véritablement de Paris un personnage à part entière dont le coeur palpite de toutes ces vies et de toutes ces existences parfois fragiles ou compromises. On pourrait même dire que Paris est le « méta-personnage » de ce film, tant il prend la forme d’une entité autonome à même de tout transcender. Paris, pour Klapisch, c’est Paris la bienveillante qui parfois s’efface mais qui ne disparaît jamais du plan, c’est le Paris des râleurs, c’est le Paris d’une carte postale surannée qui suscite encore le rêve, c’est le Paris de la mode.

Je regrette cependant que quelques intrigues soient vraiment bâclées, notamment avec le personnage de François Cluzet et du clandestin camerounais.. Je trouve que c’est le point faible à chaque film choral. C’est dommage…

Pour conclure, « Paris » est un film plein de charme et de justesse, parfois amer, souvent tendre, touchant et réussi.

Et vous, qu’avez-vous pensé ?

8/10

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s