Annabelle 2 : la Création du Mal

Elle est de retour ! Encore traumatisés par la mort tragique de leur petite fille, un fabricant de poupées (Anthony LaPaglia) et sa femme (Miranda Otto) recueillent une bonne soeur et toutes les jeunes pensionnaires d’un orphelinat dévasté. Mais ce petit monde est bientôt la cible d’Annabelle, créature du fabricant possédée par un démon…

_T2A1295.dng

La saga « Conjuring » n’en finit pas de nous attirer. Après les deux très bons opus de cette saga et le spin-off « Annabelle » en 2014, qui était malheureusement raté et qui nous a livré une tentative horrifique peu convaincante. Donc, forcément, 3 ans plus tard, la suite était attendue et redoutée par les fans de la saga. Est-ce une déception ou une agréable surprise ?

Tout d’abord, je précise que je ne suis pas un grand fan des films de ce genre-là. Car depuis quelques années, la mode des films d’horreurs revient à la même sauce : une maison hantée, des portes qui claquent, des chuchotements… tous les ingrédients qui font un film d’épouvante. J’ai regardé ce film avec mes amies et je dois vous dire que je suis assez surpris de ce volet-là.. Globalement, « Annabelle 2 : la Création du Mal » est assez réussi dans l’ensemble. Le réalisateur David F.Sandberg prend le temps de construire son intrigue, plutôt que de foncer dans le tas, et les personnages principaux sont des fillettes, et plus précisément, le point de vue féminin est très présent. Je trouve que c’est un choix intéressant, car tout au long, le film va se nourrir d’un ensemble de terreurs nocturnes, de peurs enfantines et surtout de réactions qui sont logiques par rapport à l’âge des personnages. Ici, le fait que ce soit des enfants nous permet de nous attacher à ces personnages qui ont une curiosité innocente qui va les conduire à un piège mortel… En effet, le réalisateur prend un malin plaisir et sadique à agraver le cas de ces personnages.

_T2A7407.dng

L’ensemble ne révolutionnera pas le cinéma d’horreur, mais mérite tout de même un peu d’attention. David F. Sandberg utilise les codes classiques de l’horreur pour faire mûrir une ambiance sous tension. Le film possède quelques scènes effrayantes, voire très flippantes. Du coup, c’est efficace !  Annabelle 2 : La Création du Mal reste néanmoins efficace en jouant judicieusement sur la prévisibilité de ces effets de style pour éviter l’ennui. Il faut aussi noter que le principe même d’Annabelle, cette poupée flippante qui refuse de se la jouer Chucky, rend l’exercice intéressant, surtout quand David F. Sandberg revisite le seul point fort du premier opus pour en faire son terrain de jeu. Résultat : entre frissons, paranormal et monstre du placard, Annabelle 2 : La Création du Mal déjoue habilement les écueils attendus en cultivant une atmosphère suffisamment tendue et inquiétantes pour titiller même les plus réfractaires et se démarquer des soupes horrifiques habituelles.

Côté casting, si les enfants sont au centre, le film évite le pathos et nous permet à nous attacher à ces filles (surtout pour Janice et Linda, absolument craquantes). Côté adultes, Anthony LaPaglia et Miranda Otto qui jouent les parents, sont assez convaincants, même si leurs temps d’apparitions sont assez courts dans ce film.

Certes, les défauts sont présents mais les frissons également.

Pour conclure, « Annabelle 2 : la Création du Mal » est une suite plus réussie et moins précipitée que le premier opus, qui parvient à nous faire sursauter grâce à une recette plutôt classique mais efficace.

Et vous, qu’avez-vous pensé ?

7,5/10

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s