Le Serpent

Vincent Mandel (Yvan Attal), photographe et père de famille en instance de divorce, voit sa vie s’effondrer à cause d’une manipulation orchestrée par un ancien camarade de classe, Joseph Plender (Clovis Cornillac). Meurtre, enlèvement et chantage vont conduire Vincent dans une véritable descente aux enfers… Il ne lui reste qu’un seul espoir, battre Plender à son propre jeu.

18697652.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Le réalisateur Éric Barbier a commencé sa carrière cinématographique avec « Le Brasier (en 1990), film au budget important avec 100 millions de francs de budget, qui évoquait les luttes sociales dans le milieu minier français dans des années 30, et qui n’a pas trouvé son public. Dix ans plus tard, « Toreos » connaîtra sensiblement le même accueil. Pourtant, Éric Barbier a du talent, et ce parcours semble avoir décuplé son envie de cinéma, qui trouve enfin sa pleine mesure avec « Le Serpent ». Film de harcèlement opposant Yvan Attal à Clovis Cornillac. C’est un film abouti, un thriller très maîtrisé et stylisé qui porte indéniablement la patte de son auteur. Le caractère machiavélique du scénario, la qualité des personnages et l’ambiance glacée dans laquelle baigne le film permettent au spectateur de se plonger dans un vrai thriller psychologique.

Le premier point du fort du film de Barbier est son scénario. Sans mystère, sans suspense et sans cruauté, pas de thriller digne de ce nom. « Le Serpent » appartient en fait à la catégorie des films de harcèlement, impliquant un bourreau et une victime. La victime, Vincent Mandel, est photographe. Le réalisateur Barbier installe d’emblée son personnage dans la tourmente, puisqu’il est en instance de divorce et qu’il se dispute avec sa femme pour la garde de ses enfants. C’est un personnage profondément humain, un homme ordinaire qui va se retrouver confronté à des situations extrêmes. Profondément attaché à sa famille, ses enfants seront pour lui à la fois la source de son inquiétude et sa raison de se battre.

En face de lui, il y a son adversaire. Ancien camarade de classe de Vincent devenu légionnaire, Plender ressurgit dans la vie de son ancien ami. Il est tout de suite identifié comme un personnage peu recommandable. Barbier prend le temps de nous présenter ses petites magouilles, consistant à faire chanter des notables à l’aide de photos compromettantes. Plender utilise bientôt ce stratagème contre Vincent, de manière à le rendre pas crédible auprès de la juge qui s’occupe de son divorce. Le piège est lancé… Vincent va essayer de se sortir des griffes de Plender, ainsi que la découverte progressive du secret de celui-ci et les raisons pour lesquelles il tente par tous les moyens de détruire la vie de Vincent.

18697656.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Le réalisateur parvient à maintenir l’attention du spectateur en lui donnant envie de suivre au fur et à mesure le sort des deux personnages. Je note quelques incohérences et un rythme parfois inégal, mais dans l’ensemble, le film remplit toutes ses promesses de suspense et de tension. L’autre réussite du film est son ambiance glacée et son esthétisme sombre. La pluie et les couleurs froides font partie de ces éléments qui donnent au film une empreinte visuelle parfaitement maîtrisée. L’un des éléments les plus marquants du décor est sans aucun doute l’escalier en acier qui s’élève à plus d’une dizaine de mètres et qui mène à l’atelier de Vincent. Permettant à Éric Barbier de composer des plans très graphiques, cet escalier provoque à lui seul une tension énorme.

Pour conclure, « Le Serpent » est vraiment un thriller haletant de bout en bout, superbement réalisé et magnifiquement interprété.

Et vous, qu’avez-vous pensé ?

8/10

Bande-annonce :

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s